Cent heures

Fugace jusqu’à demain,

Ton parfum dans ma main

Dépose sa note dorée

Sur les choses décolorées.

Je rêve s’emmêler

Nos blues ironiques

Dans un humour tragique

Je rêve s’en mêler.

Ton parfum sur ma manche

Tiendra jusqu’à dimanche,

Trémolo obstiné :

La, mi, la satiné.

Capiteux, confortable

Comm’ une épaule stable ;

Capricieux et affable,

Désir insaisissable.

La note de tête entêtée

Va rester, têtue,

Accrochée.

Charnue.

La, mi la perçu.

HMB 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s