Muguet

Aux aisselles du sous-bois

Tapies de vieux émois

La mue du dragon guette

L’heure de nouvelles conquêtes

C’est une page blanche

Une robe du dimanche

Un voile sur les hanches

Du géant qui s’éveille

Un lit de vieilles branches

Le signal a tinté

Le passé éreinté

Peut enfin s’oublier

Alchimie du sommeil

De son haleine sacrée

Souffle le nouveau-né

Frangrance déliée

L’écho mutique des clochettes

Ricoche les légendes

De nos rêves ordonnés

Ignorances ancrées

Alors invu sous sa cachette

Le Nouveau s’offrande

Il s’est mu, gai.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s