Pierres dispersées

Les journées s’agitent et ne laissent plus de trêve,

Ton image s’estompe mais elle revient en rêve,

Une mélodie flotte, aux lignes de ta peau,

Si je la sifflote nous traversons les eaux.

Les journées s’abritent sous la voûte entre-ouverte.

Il est sage ou se trompe le temps que l’on déroule

Quand le cœur suspendu est aveugle à la foule

Masquée à juste titre, anonyme, inerte ?

Bousculée en son centre, dénudée en public,

Arrachée à ses gongs, la sinistre logique

Ravale, inféconds, ses rouages de malheur.

Diadème incongru aux pierres dispersées,

Iambe cratophanique à la brève transpercée,

Amour ébloui ; interminables heures.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s