Cent pas oniriques

Sente empruntée

Durant cent ans

Parmi les écoutes

En senteurs oniriques

Juste apposées

Sentinelles supposées

Sans commune mesure

Sentiment

De sérénité

Accent séculier

Au loin le clocher

Faussement innocent

D’un son puissant

Mais rude

Sans retenue

Sans développement

Ricoche

Sans sympathie

Auréolé d’histoire

Seulement

Pittoresque effluve

Pour le passant

Surajouté

Au bruissement incessant

Des circumductions mécaniques

Errement dans les parures

Du grouillement organique

Indécent

Calqué sur les armoires

A portes terrifiantes

Polychromes

Centrifuge trou noir

Sans refuge

Chaque centimètre

Pillé d’avoir

Maniaque

Sans t’y mettre

Luminescent

Incendie salutaire

Du remugle inconscient

Amnésie

Adolescente

Evanescente

Ingénu cueilli

Et le tour, hissant

De légèreté

Soudain une douce force

Et le flot

Etourdissant

HMB 3 mai 19, pour le 100ème article

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s