Joyeuses Pâques

Des vaches légères dans l’herbe épaisse.

Un visage surgi du passé, les joues rosies.

Quelques fois le temps recommence,

D’autres fois il s’élance.

Une habitude pait

Qui nourrit, vieillit ou attend.

Jamais la même car elle sait.

Poser ce qui est vain

Sur le château de cartes,

Savoir la fragilité,

En toute quiétude.

Il va falloir trouver une autre manière d’accorder l’Homme à la Nature. Plus directe peut-être ?

HMB 18/04/19

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s