Sous la férule du dactyle pédestre, en levée parfois.

Montré du doigt par des craintes archaïques

L’enfant dressé contre vents et désirs

Marche les yeux rivés sur l’autre rive

Blessé de sentir des gouttes légères.

« Dure est la voie, amis ne le sais-tu ?»

Semblent implorer ses gestes mécaniques

Autant martelant qu’il a de déplaisir :

Partager le joug vaut mieux que d’être libre.

Ainsi passeront pour de grandes vertus

Peurs et malheurs sur vingt générations.

Enfin elles s’estompent, ne résistons pas.

Trouver son compte à ces contes défaits ?

Piège de la prédation : l’attrapé attrapa.

Quitter la force et rire de l’imparfait.

HMB 12/04/19

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s