En train

Les mouchoirs sur le quai

S’agitent tels des moustiques

Secoués par des gens laids.

Et leurs airs pathétiques

Soufflent sur ma nuque

Une bise de glace.

J’oublie leurs perruques

Et prends place

Sur le siège qui se tend

Dans le wagon à l’âme,

Loin du traintrain d’antan,

Des babillages infâmes.

Les lots communs motivent

Ma fugue qui sagace.

Le chemin doit faire

Plus d’un tour sur la place

Libre.

HM 2005

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s