Morilles de Pâques

La nature sème ses offrandes,

Juste sortir et ramasser,

Tout ceci semble si magique

Après douze semaines glacées.

Laisse parler ta nature gourmande

Presque tout peut se dévorer

Nul besoin de preuves scientifiques,

Ouvre tes yeux, ton cœur, ton nez.

Pour assembler – minimum trois –

De vieilles saveurs inexplorées,

S’ouvrir au présent, s’étonner,

Imaginer par les papilles,

Le rêve, la mémoire et, je crois,

L’instinct des hommes et des morilles.

HMB 21/04/19

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s