Décade

L’horizon creux

De ce matin artificiel

Estompe

Il aggrave

Dans ma pensée sacrificielle

L’hébétude.

Décade d’errance

Hier rien de neuf

Au huitième jour je suis passée

Sous les abricotiers en fleur

Filait un chat gris

Merveilleux lieu lumineux

Route habituelle

Névralgie.

Les sept d’avant cherchaient une légende

Ils ont rempli des pages exiguës

Laborieux et inachevés

Se prenant pour Orphée

Croyant parler au vent, au fil,

L’oreille à vif.

Et toi ?

HMB 29/03/19

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s